Paul McGuinness

Quand j’étais ado, j’étais obsédée par pas mal de groupes de musique, dont U2. Je lisais tout ce que je pouvais sur eux et sur leur histoire et assez rapidement j’ai découvert le rôle de leur manager Paul McGuinness – décrit comme le 5ème membre du groupe – et à quel point Paul avait pu avoir une influence sur l’extraordinaire trajectoire  du groupe.

Plus j’en apprenais plus j’étais fascinée par ce Monsieur McGuinness. Déjà il faut noter que le groupe a gardé le même manager depuis 1978 et que toutes les décisions étaient toujours prises à cinq, à l’unanimité. Je pense que ce genre d’attitude explique aussi leur incroyable longévité et que le line-up reste inchangé depuis presque 40 ans.

J’étais aussi absolument sidérée qu’un groupe ait accompli autant sans JAMAIS avoir accepté qu’une de leur chanson soit utilisée à des fins publicitaires. (Bon, ils ont fini par faire un partenariat avec Apple pour le lancement de l’i-pod mais c’était bien après qu’ils arrivent au sommet)

Je suis souvent tombée sur des anecdotes qui illustraient comment le groupe traitait leur staff, leurs fans et la presse. Je percevais qu’une incroyable attention pour les détails et beaucoup de prévenance avaient assuré au groupe cette loyauté inébranlable tant avec leur roadies et ingénieurs qu’avec leurs fans.  C’était clair que cette relation de confiance ne s’était pas construite du jour au lendemain et je me rendais compte qu’elle était le résultat d’un travail méthodique et constant.

On m’a dit que des caisses de Guinness ou des cadeaux accompagnés de petits mots étaient souvent envoyés aux journalistes qui chroniquaient leurs albums à une époque où ce n’était pas vraiment rock n’roll de se comporter comme ça.  Le groupe se préparait avant chaque promo en faisant attention à chaque journaliste, se rappelant des prénoms de leurs enfants par exemple, et en faisant l’effort d’être toujours amicaux et de donner de l’importance à ce genre de petites choses. Pas étonnant que Bono déclara plus tard « Je ne suis pas une rock star. Je suis un commercial. »

Quand on y pense, c’est vrai que ce groupe n’a jamais été associé à des histoires sordides de groupies ou de drogue. Evidemment je me doute bien que c’est plus compliqué que ça mais je me sens inspirée par l’intégrité et la stratégie que Paul McGuinness a crée avec U2.

Paul a fondé une boite de management à Dublin appelée Principle Management et je me dis qu’il a choisi ce nom pour une bonne raison. Il est ensuite aussi devenu le manager de PJ Harvey et s’est investi dans d’autres aventures dont j’ignore presque tout. Ok donc si vous l’avez pas encore compris, j’aimerai en savoir plus sur lui… Quelqu’un me le présente ?

Paul a aujourd’hui pris sa retraite en tant que manager de U2. Mais quel parcours épique!

Illustration par Marc-Antoine Coulon

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *