Raphaël Lugassy

Raphaël Lugassy
photo: Raphaël Lugassy

On m’a parlé du travail de Raphaël Lugassy au détour d’une conversation et il ne m’a fallu qu’une visite sur son site pour me rendre compte de son immense talent.

Ses noirs et blancs hyper contrastés, le choix de ses sujets, son jeu d’équilibriste sur le fil de l’abstraction, son travail perso, ses portraits, ses séries de mode, ses expérimentations chromatiques léchées – tout me plait, bien que mes dix ans d’expérience dans la photo m’aient rendue un peu blasée.

C’est évident que Raphaël a développé un style et le style est la chose la plus rare.

Autodidacte de la photo qu’il commence vers l’âge de 16 ans mais passionné de beaux-arts (vous le trouverez souvent trainer ses guêtres dans le département mésopotamien du musée du Louvre), Raphaël grandit à Paris dans un environnement artistique qui l’encourage à la curiosité intellectuelle.

Après des études d’histoire de l’art il assiste quelques photographes et approfondit sa technique en studio tout en continuant ses expérimentations au gré de voyages et de rencontres.

Trouvant son inspiration davantage dans les tableaux de Caillebotte, Vélasquez ou Caravage que dans la photo traditionnelle Raphaël continue de produire beaucoup de travail personnel dont une série spectaculaire sur les orgues qui l’emmène un peu partout en Europe.

Repéré par le styliste Robert Rabensteiner avec qui il collabore régulièrement, Raphaël décline son esthétique en séries de mode et portraits et commence à shooter pour différents magazines comme l’Uomo Vogue, Lui,  le GQ Italie etc…