Katy Baggott

La première fois que j’ai entendu parler de l’agence de Katy Baggott, je venais juste de décrocher mon premier job d’agent junior à Londres en 2006. Encore aujourd’hui, je me rappelle regarder son site web et me dire « elle a tout compris » : de sa sélection d’artistes se dégageait une maitrise et une classe incroyables.

J’étais occupée à mener ma barque dans cette industrie quand j’ai appris, quelques années plus tard, que Katy était décédée soudainement à l’âge de 39 ans.

Malgré le peu que je savais d’elle, sa vision s’était pourtant profondément ancrée en moi et encore plus tard, quand j’ai fondé Mercenaire, j’ai enfin pu m’inspirer d’elle. Bizarrement, c’est précisément à ce moment là que j’ai rencontré Chenelle Croll de ITB Representation qui avait étroitement collaboré avec Katy. Elle a accepté de répondre à mes questions.

« En 2005 j’étais free-lance pour Giles Deacon quand il m’a présenté Katy qui cherchait justement une assistante. Je n’avais pas vraiment pour objectif de travailler pour une agent, mais j’ai accepté de la rencontrer quand même, par politesse. Je me rappelle d’une petite blonde avec un IMMENSE sourire qui m’a ouvert la porte, le téléphone accroché à la poche, comme un talkie-walkie. Le téléphone n’arrêtait pas de sonner. Elle avait cette fantastique énergie, et malgré le fait qu’elle parlait comme une directrice d’école, il se dégageait d’elle une grande passion. J’ai accepté le job immédiatement.

Katy avait fondé une agence de petite taille mais à la sélection extrêmement bien pensée autour de talents qui ne seraient jamais en compétition les uns avec les autres et qu’elle considérait comme les meilleurs dans leurs domaines respectifs. Hormis le photographe Juergen Teller, elle représentait Katie Hillier (une designer d’accessoires de mode), Fergus Henderson (un chef cuisinier) et Clare Corrigan (un designer de d’objets pour la maison). Elle a ensuite récupéré Phoebe Philo quand Phoebe a quitté Chloé et a travaillé avec elle sur la mise en place du contrat historique avec la maison Céline du groupe LVMH.

Katy était la personne la plus inspirante et merveilleuse avec laquelle j’ai eu le plaisir de travailler. Elle était dure parfois mais jamais sans raison. Elle avait la capacité de passer sans aucune difficulté d’un projet à un autre (et pourtant il y en avait BEAUCOUP en même temps !) – travaillant a une vitesse incroyable; suggérant le casting pour une énorme campagne de mode un instant puis discutant de la livraison de pieds de porc la seconde d’après avec la même passion, le même dévouement et la même énergie. Elle était aussi très douée pour trouver des talents mais il se trouve aussi que les meilleurs talents semblaient attirés par elle. Son roster s’est construit de manière très naturelle. C’était une boss très prévenante et attentionnée. Nous étions incroyablement proches et la perdre a été une des choses les plus dures que j’ai vécues.

Globalement ce que j’ai appris en travaillant avec Katy et ensuite en reprenant les reines de l’agence quand elle est décédée, c’est qu’elle n’était pas vraiment une agent au sens traditionnel du terme mais plutôt un business partner pour chacun de ses artistes; investissant son temps, ses connaissances, son expérience et ses recherches dans chaque nouvelle collaboration. N’ayant que cinq talents, elle pouvait réellement se concentrer sur la construction de leurs carrières et de leurs « marques », au lieu de faire juste du booking.

Elle est morte d’une forme de maladie très rare appelée MSIE (Mort Subite et Inexpliquée en Epilepsie) – son épilepsie n’avait été diagnostiquée que l’année précédente et elle est décédée sereinement dans son sommeil.
Je n’ai jamais rencontré quelqu’un comme Katy Baggott et je suis reconnaissante, pas seulement de l’avoir eue dans ma vie personnelle, mais d’avoir appris à ses côtés les bases de ce que devrait être un vrai agent, un agent moderne, surtout dans le paysage commercial d’aujourd’hui qui change à toute vitesse. Travailler de manière ausi proche avec les artistes donne la fluidité et la flexibilité nécessaire pour se développer et grandir. »

Illustration par Marc-Antoine Coulon

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *